Lorsque le monde restait encore à découvrir…

news_1509_seefahrer

Tout pirate, au moins dans les bons films, boit du rhum.

Nous associons automatiquement le rhum avec la navigation maritime, une époque quelque peu tumultueuse et la découverte du Nouveau monde. Mais il nous rappelle aussi les couchers de soleil, plages et ombrelles à cocktail.

Autrefois, le rhum n’était pas encore produit dans une qualité telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le distillat était nettement plus fort, pas entièrement pur et « râpait »un peu plus. Mais il était bon marché et mettait de bonne humeur.

Le rhum était omniprésent pendant les longs voyages en mer et les voyages de découverte dans le Nouveau monde. L’alcool réduisait d’une part la peur de l’équipage liée à la dangerosité du voyage et servait d’autre part de mode de conservation de l’eau potable. L’eau était ainsi mélangée avec le rhum pour des raisons hygiéniques, le plus souvent dans une proportion de 1:4. L’eau se conservait donc plus longtemps et les marins étaient «enivrés» ou «groggy».

Le sucre rendait la boisson encore un plus buvable, et après avoir découvert que le jus de citron aidait à lutter contre le scorbut, cet ingrédient a également été incorporé dans la boisson mélangée. Le grog au rhum était né. Jusqu’à aujourd’hui, on trouve cette boisson dans les bars du monde entier, étant précisé qu’elle est plutôt servie dans les bars des régions côtières. Même chez les marins.

Plus tard, le grog a été bu avec de l’eau chaude dans les régions froides. Pour moi, cette variante constitue encore le meilleur moyen de lutter contre le rhume et la fièvre.

Je bois mon grog avec la composition suivante:

  • 8 cl de Malteco 8y Spices Rum
  • 4 cl d’eau bouillante
  • 2 cl de jus de citron
  • 1 cuillère à café de miel

J’en prends deux avant d’aller me coucher et je tiens la grippe éloignée.